Notre système immunitaire est énormément influencé par notre environnement intestinal, la muqueuse et surtout le microbiote. Vitamines, anti-oxydants, probiotiques naturels et autres compléments alimentaires, découvrez comment prévenir le coronavirus grâce à des nutriments efficaces.

article_immunité

Comment fonctionne notre système immunitaire ?

Le système immunitaire a pour principale fonction d’identifier et de neutraliser les organismes pathogènes étrangers à notre corps (bactéries, virus). Lorsqu’il les reconnaît, il déclenche la production d’anticorps et de globules blancs appelés lymphocytes (B et T), qui tracent les molécules bactériennes. Il est donc primordial que le système immunitaire fonctionne à plein régime. Or, l’écosystème intestinal compose la majeure partie de notre système immunitaire, grâce au microbiote intestinal et à la muqueuse intestinale, qui possède des cellules de défense, protégeant les immunoglobulines sécrétoires de type A (IgA).

70% de l’immunité communique avec l’environnement intestinal grâce aux cytokines, des agents produits par le système immunitaire lui-même, en présence de bactéries, et à l’origine des inflammations. Or certaines bactéries en contiennent et les récepteurs les reconnaissent comme cellules immunitaires. Ainsi, le système immunitaire est en hyperactivité et les inflammations augmentent, accroissant la perméabilité de la muqueuse, qui accroit l’inflammation etc. Ce cercle vicieux encourage les pathologies inflammatoires chroniques, les cancers, les maladies auto-immunes… Il faut donc renforcer la barrière de défense immunitaire (IgA) et prendre soin du microbiote intestinal qui produit des acides gras à chaîne courte (butyrate, propionate, etc.),  bénéfiques sur le contrôle de l’inflammation.

Les nutriments contre la covid-19

Le zinc contre les infections virales

La prise de zinc régule la production de cytokines pro-inflammatoires, ce qui en fait un nutriment indispensable. Il a été démontré[1] qu’il rétablit les fonctions immunitaires et assure la lutte contre les infections virales. Il est reconnu pour contribuer à la limitation de la réplication des virus comme la grippe. Une carence en zinc provoquerait une détérioration des réponses immunitaires, ce qui augmente les complications en cas d’infection au coronavirus d’après une étude[2] parue en juillet 2020.

La glutamine pour nourrir les défenses immunitaires

Les cellules intestinales qui perméabilisent la muqueuse, ainsi que les lymphocytes et les macrophages, consomment de grandes quantités de cet acide aminé pour combattre les infections, ce qui en fait une denrée rare pouvant rapidement être déficitaire, et ainsi laisser le champ libre aux infections et ainsi de suite. La supplémentation en glutamine peut donc être salvatrice en cas d’infection.

La quercétine pour inhiber les virus

Naturellement présent dans les oignons rouges et les baies, cet antioxydant est sous les feux des projecteurs depuis l’arrivée du coronavirus. En effet, les propriétés anti-inflammatoires et antivirales de la quercétine ont beaucoup été étudiées dans le cadre de la lutte contre la grippe H5N1 et plus spécifiquement contre la covid-19. En tant que flavonoïde, elle pourrait inhiber l’enzyme principale du coronavirus, la 3CL protéase, du moins d’après des études in vitro ou chez les souris. Actuellement, les résultats sur des groupes d’hommes et de femmes sont fluctuants.

Les vitamines pour prévenir le coronavirus

Vitamine D

En tant que régulateur des cytokines produites par les cellules Natural Killer (interféron-y), la vitamine D réduit le risque d’infection aiguë des voies respiratoires et c’est pourquoi des études[3] se sont penchées sur son rôle dans les infections au SRAS-CoV-2. Publiées dans l’Irish Medical Journal, elles démontrent que la vitamine D a un rôle prépondérant dans la stimulation des macrophages et la différenciation des lymphocytes B et T, renforçant ainsi le système immunitaire en cas d’infection.

Vitamine A

Presque aussi efficace que la vitamine D, la vitamine A participe au bon fonctionnement de tous les organismes que nous vous avions présentés pour le maintenir en bonne santé : elle intervient dans la régulation des cytokines, l’activité des macrophages et des lymphocytes B et T et la production d’IgA. Elle est à ce point vitale qu’une carence en vitamine A provoquerait une production dégénérée des cellules immunitaires et engendrerait ainsi une augmentation des infections des voies respiratoires.

Vitamine C

Très présente dans les leucocytes et les lymphocytes, la vitamine C renforce l’immunité en favorisant la chimiotaxie, c’est-à-dire la capacité des cellules à se transformer pour pouvoir circuler. En outre, elle aide les neutrophiles à tuer les virus, surtout lorsqu’elle est associée à du fer ou du cuivre, et encourage la production d’interféron-y. La vitamine C augmente la résistance des cellules pulmonaires et soutient les fonctions immunitaires en cas d’infection causée par le SRAS.

Vitamine E

Connue pour ses propriétés antioxydantes, la vitamine E est particulièrement efficace pour le bon fonctionnement immunitaire des personnes âgées puisqu’elle protège les cellules de l’immunité des dommages liés au stress oxydatif. Elle permet une meilleure réponse des macrophages aux inflammations.

La NAC contre les virus ?

La N-acétylcystéine (NAC) est une molécule médicamenteuse qui, une fois ingérée, est transformée en un acide aminé appelé cystéine, qui participe à la synthèse des acides gras et notamment du glutathion, un important antioxydant qu’elle régule. Le glutathion protège le foie du stress oxydatif, soutenant ainsi le système immunitaire en éliminant les molécules étrangères. Une étude luxembourgeoise datant de 2017[4] a mis en avant qu’un gène participant à la synthèse du glutathion était nécessaire à l’action des lymphocytes T. Ainsi, le glutathion participe à la stimulation de certaines cellules immunitaires. D’ailleurs une étude italienne de 1997 a montré que la NAC diminuait la durée et la gravité du syndrome grippal.

Remèdes naturels

Les plantes

Plante surtout préventive, l’échinacée a été étudiée en profondeur pour traiter les infections virales respiratoires. La Renouée du Japon, quant à elle, est une plante ayant fait ses preuves in vitro grâce à des propriétés antivirales contre la grippe et d’autres pathologies. Elle stimulerait l’expression de la cytokine interféron-b, vitale pour le contrôle de l’immunité. Enfin, la propolis est une plante contenant plus de 180 composés dont des résines, de l’acide cinnamique, des huiles essentielles et surtout des flavonoïdes, bénéfiques pour leurs propriétés antibactériennes, antivirales et antifongiques puissantes, notamment contre la grippe et le rhinovirus.

Les champignons

Les maïtakes et les shiitakes sont des champignons japonais riches en polysaccharides, utiles pour l’immunité. Intégrés à votre alimentation, ils stimulent la production d’acides gras à chaîne courte et accroissent ainsi l’imperméabilité de la muqueuse intestinale. Le reishi prévient certains cancers et la dégénérescence neuronale, tandis que le cordyceps lutte contre les infections virales.

 article_immunité

 

Pour booster notre système immunitaire, le plus efficace est de privilégier les nutriments qui aident à combattre les infections et à protéger la barrière immunitaire, comme les vitamines D et A, mais aussi le zinc et la quercétine. Si vous préférez vous tourner vers des compléments naturels, optez pour les fibres et les plantes préventives.

Immunité

[1] https://doi.org/10.1503/cmaj.111990

[2] https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/32754164/

[3] http ://imj.ie/vitamin-d-and-inflammation-potential-implications-for-severity-of-covid-19/

[4] https://doi.org/10.1016/j.immuni.2017.03.019

Produit ajouté à la liste d'envies
Produit ajouté au comparatif.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous devez accepter l’utilisation et l'écriture de Cookies sur votre appareil connecté. Ces Cookies (petits fichiers texte) permettent de suivre votre navigation, actualiser votre panier, vous reconnaitre lors de votre prochaine visite et sécuriser votre connexion. Pour en savoir plus et paramétrer les traceurs: http://www.cnil.fr/vos-obligations/sites-web-cookies-et-autres-traceurs/que-dit-la-loi/