Télétravail, isolement, surmenage… Depuis le début de la pandémie du coronavirus, le stress au travail s’est accru et les risques psychosociaux représentent à présent le second motif d’arrêt de travail. Résultat, la hausse du taux de burn-out vient s’ajouter aux difficultés économiques pour les entreprises. Alors comment gérer le stress au travail en période de covid ?

Stress au travail

Qu’est-ce que le stress au travail ?

Magnevits

                                                                                               Je découvre

C’est une réaction physiologique tout à fait naturelle de l’organisme aux stimuli directs provoqués par une situation professionnelle conflictuelle. Pression, exigences, harcèlement ou même manque de confiance en ses capacités… Elle est souvent passagère, car elle concerne un problème précis et ponctuel et disparait quand celui-ci est réglé. Le stress au travail[1] est à ne pas confondre avec l’angoisse au travail, qui elle, est plus profonde et trouve son origine dans un problème plus complexe, méritant un travail sur le long terme.

En cas de stress, notre métabolisme sécrète des hormones spécifiques appelées adrénaline et cortisol, qui nous aident à nous surpasser et surmonter temporairement la difficulté. S’il est répétitif, alors on parle de stress chronique et le danger est plus grand, car un cercle vicieux alimente alors le stress. Cela conduit souvent au burn-out professionnel.

Une enquête Cegos[2] datant de 2020 sur le climat social en entreprise a conclu que le stress au travail avait augmenté cette année des suites du coronavirus, alors qu’il était déjà élevé. Bien entendu, le virus n’en est pas la cause, mais un puissant accélérateur du phénomène. C’est ainsi qu’en plus de devoir faire face à un environnement anxiogène et économiquement instable, les entreprises tentent difficilement de remédier à l’angoisse provoquée par la covid-19 sur leur personnel.

Le lien entre coronavirus et burn-out

Mais alors pourquoi le coronavirus accélère-t-il le stress au travail ? En fait, ce stress est multifactoriel. Ce n’est pas directement la molécule bactérienne qui impacte notre stress, mais bien les événements qui en découlent : notre cerveau interprète ces conséquences comme des menaces et les pensées négatives nous paralysent. Le port du masque et les gestes barrières, l’isolement pendant le confinement, la peur de la contamination… tous ces facteurs s’ajoutent à la réelle menace qu’est le virus.

Le stress du télétravail

La réorganisation des méthodes de travail est un facteur non négligeable de stress. Les employés qui sont obligés d’aller sur leur lieu de travail doivent respecter des mesures sanitaires très strictes qui peuvent souvent les déconcentrer et les isolent en les privant de convivialité et de déjeuners en groupe. Sans compter que le risque de contamination est plus présent et ceci constitue la principale source d’anxiété. En cas de télétravail, il est parfois difficile de vivre l’isolement social, ce qui amène à la dépression, d’autant que la motivation n’est pas toujours au rendez-vous. Les parents qui doivent gérer leurs enfants en plus de leur activité sont soumis à une pression supplémentaire qui nourrit le stress. Dans les deux cas, les conditions de travail sont instables et anxiogènes et les employés perdent les repères qui constituaient leur base de travail.

La sécurité de l’emploi

En ces temps troubles, de nombreuses entreprises et secteurs d’activité sont sous tension économique, manquant souvent de moyens pour faire face à la crise. En conséquence, une grande majorité des travailleurs est inquiète de perdre son travail, ce qui généralise l’anxiété et amoindrit la qualité du travail fourni. Le stress au travail est donc un frein à la performance[3]. Pour faire face à ce gouffre financier que provoquent les confinements et les couvre-feux, il leur est souvent demandé de fournir des efforts supplémentaires, entraînant une surcharge de travail et donc de pression, parfois sans grande reconnaissance, ce qui est un facteur premier de la baisse de moral.

Stress au travail

Les conséquences du stress au travail

Il a été reconnu par de nombreuses études que le stress avait un impact négatif sur la santé. Le cerveau met momentanément le cortex préfrontal en action pour ralentir l’action des amygdales et ainsi réduire notre peur. Mais si le stress se prolonge, alors la suractivité provoque des dysfonctionnements dans le système digestif : l’estomac et l’intestin grêle travaillent plus lentement tandis que le colon est plus stimulé. Lors de la digestion, les bactéries en transit peuvent passer à travers les muqueuses affaiblies et créer des inflammations.

En période de pandémie, la population est beaucoup soumise à l’alimentation compulsive : pour gérer le stress, on se rabat sur la nourriture, espérant ainsi compenser l’anxiété, souvent de façon inconsciente. En confinement, on a tendance à grignoter entre les repas et à cuisiner des plats plus riches en graisse ou en sucre, qui produit de la sérotonine en grande quantité, une hormone connue pour ses propriétés calmantes. Couplé à la baisse d’activité sportive, cela peut conduire à des maladies chroniques, diabète ou obésité.

En outre, le cercle vicieux du stress commence par un manque de concentration, ce qui augmente considérablement le taux de l’hormone cortisol. C’est ce qui génère la chute de dopamine, de magnésium, de vitamines et des GABA, encourageant la sensation de mal-être. On pense que le stress au travail peut contribuer aux troubles du sommeil. Toutes ces micro-dégradations peuvent aller jusqu’à provoquer des problèmes musculaires ou gynécologiques, voire dans des cas extrêmes, des dangers cardiovasculaires.

Stress au travail : quelles solutions ?

Comme nous l’expliquions plus tôt, le stress est une réaction ponctuelle qui se rétracte lorsque le problème identifié est résolu, mais pourtant, la crise est encore loin d’être terminée. Alors quelle solution pour venir à bout du stress au travail ?

Nous ne saurions que trop vous conseiller de vous ménager au maximum et de rester le plus positif possible. Alors oui, c’est facile dit comme ça, mais il existe des petits reflexes très simples :

  • Stimulez votre esprit d’équipe en organisant des visioconférences avec vos collègues ;
  • Concentrez-vous sur vos réussites professionnelles, aussi minimes soient-elles ;
  • Faites preuves d’initiative et proposez de nouveaux projets ;
  • Réduisez les actualités médiatiques sur la covid-19, sans pour autant vous coupez des informations importantes ;
  • Prenez l’air aussi souvent que possible pour vous aérer l’esprit et vous dégourdir les jambes. N’abandonnez pas les activités physiques, à l’intérieur ou à l’extérieur et essayez la méditation ;
  • Délimitez votre temps de travail et votre temps privé aussi clairement que possible, en essayant de ne pas les mélanger ;
  • Mangez sainement et faites le plein de fortisine, un complément alimentaire qui favorise la motivation et la concentration ;
  • Faite un effort d’organisation dans votre agenda et autour de vous : l’ordre extérieur reflète l’ordre intérieur. Rangez votre espace de travail, coupez vos sources de distraction et respectez un agenda en priorisant les tâches. N’oubliez pas de prendre des pauses régulièrement.

 

La pandémie de covid-19 n’agit pas seulement sur notre santé physique, mais aussi sur notre psychologie. Mesures sanitaires, confinement, télétravail, pression professionnelle, le coronavirus a un impact sur le stress au travail. Cette atmosphère anxiogène agit directement sur nos défenses immunitaires et augmente les risques de burn-out.

Stress au travail

[1] https://www.sciencedirect.com/science/article/abs/pii/S1420253018300797

[2] https://www.cegos.fr/actualites/enquetes/climat-social-barometre-cegos-2020

[3] https://www.cairn.info/revue-gestion-2020-2-page-80.htm

Produit ajouté à la liste d'envies
Produit ajouté au comparatif.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous devez accepter l’utilisation et l'écriture de Cookies sur votre appareil connecté. Ces Cookies (petits fichiers texte) permettent de suivre votre navigation, actualiser votre panier, vous reconnaitre lors de votre prochaine visite et sécuriser votre connexion. Pour en savoir plus et paramétrer les traceurs: http://www.cnil.fr/vos-obligations/sites-web-cookies-et-autres-traceurs/que-dit-la-loi/